La vallée de la rivière Hana (Hanadalen)

   Du 16 au 18 juin

Première étape norvégienne. Le long de la rivière Hana s’étend la forêt boréale de saules, de bouleaux et de genévriers. Les traces d’élans sont nombreuses, quelques fleurs commencent à sortir (myosotis et minuscules pensées) et les feuilles des arbres ont à peine une semaine.

6 – A gorge déployée :
Jean-Louis va passer deux jours à approcher et comprendre la Gorge-bleue à miroir roux (Luscinia svecica svecica) avant d'enregistrer son chant sur son perchoir préféré (quelle patience).
7 – Dans les bouleaux :
La forêt de bouleaux resplendit d'un vert tendre. Un Pipit des arbres (Anthus trivialis) lance invariablement sa phrase qui semble rebondir comme une bille, parfois il s'envole pour effectuer son vol parachuté.
8 – Ambiance prés de l'aire :
Un couple de Faucon émerillon (Falco columbarius) a installé son aire prés d'une colonie de Grive litorne sur un coteau de colline boisée. Les retours de chasse sont toujours très bruyants.
9 – Cohabitation :
A chaque retour ou passage des Faucons, les Grives litornes (Turdus pilaris) alarment sur ces voisins indésirables.
10 – Flammèche en vol :
Survolant la maigre forêt de bouleaux, les flammèches rougeâtres des Sizerins flammés (Carduelis flammea) passent en vol nerveux et bruyant : la saison de nidification s'annonce.
11 – Ritournelle :
La Grive mauvis (Turdus iliacus) est très sonore et son chant peu mélodieux est un mélange de sifflet puissant et de babille disgracieux. Il sera de presque tous nos lieux de bivouac.

Ce contenu a été publié dans N° 3. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.