Sous la neige

La forêt du Pic épeiche

Je suis tout émoustillé ! Il a bien neigé ! Et après le soleil d’hier, le ciel s’est à nouveau couvert. Aujourd’hui, le vent agite les flocons et les rameaux où pique l’épeiche…

Sous_la_neige

Publié dans Phonographie | Laisser un commentaire

Devinette de janvier 2018

Quel est donc cet oiseau ?

Donnez votre réponse dans les commentaires ci-dessous !

Bonne année 2018 à tous ! Pour aiguiser votre ouïe en ce début d’année, identifiez le cri audible en début de cet enregistrement ! …Ni un canard colvert entendu par moments, ni un héron cendré, entendu en fin de séquence… Mais alors ; quel est-il ? Son_mystere_de_janvier_2018 !?

Publié dans A identifier | 2 commentaires

Vive le printemps !

Avec les premières chaleurs, la lumière éclatante du soleil, le printemps chasse enfin la grisaille hivernale. Le coin du feu n’est plus de rigueur. Le promeneur rêve de se dégourdir les jambes après des mois d’hibernation, dans la sérénité d’une campagne où la nature s’éveille. Enfoncer ses pas dans de moelleux tapis d’herbe fraîche aux fleurs bigarrées. Voire, tout simplement, profiter de la douceur ambiante en sirotant un verre sous le cerisier qui se réveille. C’est sans compter sur l’impatience de ses semblables ! Car au silence feutré de l’hiver, fait aussitôt place le bruit d’une humanité en manque d’elle-même. Il est étrange d’entendre nos concitoyens se plaindre du « bruit » que font les crapauds dans les mares alentours, sans jamais élever la voix contre leur propre nuisance sonore. Comme si la nature, la vraie, représentait une gêne face au droit que l’humanité s’octroie d’exister plus que toute autre créature.

Une amie me disait l’autre jour : « Pascal va pouvoir enregistrer les bruits de la nature ». Ce choix de « bruit » au lieu de « son » dans la bouche de l’humain coupé de son environnement est à méditer. Pour moi, le bruit définit un son gênant, envahissant, stressant. A croire que la nature criant sa joie de vivre printanière stresse l’humain, pourtant imperturbable face à ses grondements de moteurs. Dans cet enregistrement du premier après-midi ensoleillé et doux de l’année, en pleine campagne, il y a bien un crapaud qui tente audacieusement de s’exprimer. L’entendez-vous ?

Publié dans Amphibiens, Paysages sonores | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

D’Éole à Zéphyr en passant par Typhon

Vent du nord dans les Oyats - Photo P. Dhuicq

Puisqu’il faut être dans le vent, ( écoutez par là via le Yahoogroup, forum Sonatura ), je vous propose un petite retour sur un mix présenté à l’évènement “La Nature parle Son” organisée en 2009 à Miscon (Drôme) à laquelle Sonatura était naturellement présente : un crescendo “aux quatre vents”, ou plutôt, “aux trois dieux du vent” !

Publié dans En public, Miscon, Paysages sonores | Marqué avec , , , , , , | Un commentaire

Coin “siestabe”

A la recherche du coin siestable

Photo P. Dhuicq

Après avoir découvert les possibilités de l’enregistrement binaural, dans un article précédent, c’est dans le Diois que me mènent mes pas, au fond d’un vallon montagnard qui augure bien, une fois le pic-nic terminé, d’une agréable sieste… J’enroule donc le fil de mes micros-cravate autour des oreilles et coince les capsules au creux, en les recouvrant avec soin d’une protection en laine polaire originellement destinée aux skieurs ! Et le tour est joué ! Suivez-moi dans ma recherche d’un coin “siestable” !

3 : Travelling avant, à pied sur le chemin ; divers orthoptères : Grillons des bois (Noemobius sylvstris), ephippigères etc.

2 : Aux abords de la prairie naturelle : Criquet jacasseur (Stauroderus scalaris), Criquet des clairières (Chortippus parallelus), Oedipode stridulante (Psophus stridulus), divers butineurs et Pouillot véloce (cris)…

1 : Au bord du ravin : Criquet des clairières (Chortippus parallelus), Criquet jacasseur (Stauroderus scalaris), Accenteur mouchet (Prunella modularis), Bouvreuil pivoine (Pyrrhula pyrrhula), divers butineurs…

Ce sera là, bercé du grésillement des élytres de mille bébêtes et du tintement fluet du filet d’un ru clair que je me suis laissé emporter par Morphée… [Enregistreur Olympus LS11 & alim PIP + micros cravate MMAD sur capsules SENNHEISER MKE2 modifiées ; aucun filtrage]. [Écoute au casque par essence recommandée !]

 

Publié dans Insectes, Paysages sonores, Technique | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

Avertisseur sonore !

Singulier mariage pour Phonurgia nova qui s’est alliée à la fondation François Sommer pour la chasse et la nature, en vue de doter cette année son fameux concours de montage sonore (prix “field-recording”). Nombre d’adeptes de field-recording et autres audio-naturalistes le connaissent bien et s’interrogent… Ils sont plus d’une soixante à questionner publiquement Phonurgia nova dans une lettre ouverte à laquelle Sonatura s’associe, et que vous pourrez lire ici. Un écrit en guise d’avertisseur sonore ! Sonatura et le collectif “restent à l’écoute”

Publié dans En public, Les inclassables | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

La vérité vraie

Nous sommes nombreux à rêver d’un idéal de nature sauvage indemne, exempte des meurtrissures infligées par l’Homme. Nos séquences font la part belle aux ambiances de nature préservées telle celle du jardin d’Eden, d’un lointain passé révolu. Mais la Vérité est ailleurs… Entre lignes régulières de l’aviation civile, gros porteurs militaires, autoroutes, grosses cylindrées, mobylettes, souffleurs de feuilles, élagueuses, climatiseur, groupe froid etc, etc. Lequel d’entre nous n’a pas tenté de filtrer, égaliser, atténuer ou même couper ces bruits nuisibles (eux le sont, pas les animaux !)… Chez les preneurs de son audio-naturalistes, preneurs de sons animaliers et autres “chasseurs de sons”, les “trucs et astuces” sont légion. Si nous déplorons l’inflation des nuisances sonores, première pollution pour les Français, nos plaintes ne sortent souvent pas du cercle privé ou bien nos cris de détresse, même relayés par les autorités officielles, européennes ou autres, n’émergent plus au-dessus du brouhaha ambiant. Voici un exemple d’ambiance captée ces derniers jours – un accouplement de chouettes hulottes – que je n’ai pas pu m’empêcher d’embellir par quelque masque sonore en réserve (vent en forêt), destiné à couvrir le brouillard sonore des avions et des lointaines voies routières. Pour comparaison, la prise de son native avant “trucage”. Je soumets à vos avis et vos critiques une telle démarche. Lors de mes diffusions en public, je ne manque pas une occasion de dénoncer la dérive actuelle du “tout bruyant” dont semble ne plus se passer certains de nos concitoyens devenus sourds. Sonatura qui sensibilise à la biodiversité sonore, milite à sa manière pour non pas un monde du silence ; mais une planète vivante mais sereine !

à bon entendeur, salut !

Pascaoup

Publié dans Paysages sonores, Technique | Marqué avec , , , , , | Laisser un commentaire

Commandez le dernier numéro SONATURA !

Le nouveau numéro de SONATURA

Le dernier numéro de la revue sonore SONATURA

Il est là !! Le nouveau numéro de la revue Sonatura est paru et sorti des cartons !
Vous allez le recevoir si vous êtes abonné par la souscription à ce numéro 15.

Ce numéro 15 sera dédié à notre regrettée amie Odile. Il vous emmènera des rossignols enregistrés notamment par André et Odile aux insectes d’Afrique, en passant par l’Espagne, la Corse et
d’autres lieux de rêve et mille sonorités dépaysantes ou étonnantes !

L’abonnement demeure à 12 Euros port compris (ou 10 € port compris pour les membres) au lieu de 15 € par achat à l’unité port compris (sur les stands ou sur commande une fois le numéro sorti).

Commandez le numéro 15 dès maintenant en envoyant votre chèque à l’ordre de Sonatura à l’adresse suivante :  “Association SONATURA – 32 rue de Dionval, 28130 SAINT-PIAT”

J’espère que vous serez nombreux à assouvir votre curiosité pour ce numéro 15 !
Bonnes écoutes à vous !

Pascaloup, alias, Pascal DHUICQ, président

Vous pouvez télécharger le bulletin sur le site dans l’onglet “rejoindre Sonatura” ou ici :
http://audioblog.sonatura.com/wp-content/uploads/2013/04/Bulletin-dadh%C3%A9sion-et-de-souscription.pdf
Il vous est proposé de combiner votre souscription à une adhésion de soutien car Sonatura a été créée avant tout comme une revue associative sur abonnement.
Pour les anciens numéros, vous pouvez le faire aussi par l’onglet spécial de commande d’anciens numéros (page rétablie après un bug) :
http://audioblog.sonatura.com/wp-content/uploads/2015/04/Bulletin-de-commande-danciens-numeros.pdf
Les prix varient selon qu’il s’agit de hors-série ou que vous y avez participé ou encore que vous êtes membre à jour de votre cotisation de soutien, car, je vous le rappelle, Sonatura est un collectif participatif qui n’attend que vous !

Publié dans Bioacoustique, Les inclassables, Paysages sonores | Marqué avec , , , , , | Laisser un commentaire

Morvan automnal


Terre de légendes, les Celtes ne s’y sont pas trompés en nommant ce pays « montagne noire », Morvan.

Paysage vallonné couvert à 50% de forêts de résineux, hêtres et chênes, le parc naturel du Morvan offre pourtant une physionomie variée, faite de vallées aux rivières agitées, de lacs de retenue, de tourbières et de bocages. S’y promener revient à croiser des chevreuils dégustant l’herbe des pâturages au couchant ; des renards fouinant dans la chaleur d’un après-midi ensoleillé ; un écureuil en sous-bois narguant une pie qui vise la même pitance ; un cochon rondouillard, égaré dans les hautes herbes du lac de Chaumeçon ! Mais c’est aussi le vol et le chant de nombreux oiseaux dans cette région de transit pour leur migration (geais, grives, buses…), Une flore variée qui commence à s’endormir pour l’hiver (reine des prés, centaurée, angélique…) ou s’éveille à l’automne (vesse de loup perlée, fausse oronge…).

Dans les derniers rayons de soleil, les sentiers de bocage liserés de haies touffues, laissent entendre le dernier chant varié de sauterelles et de grillons qui, bientôt, s’endormiront à leur tour avec les premières froidures (grandes sauterelles vertes, criquet mélodieux, grillon des bois etc.).

Fatima DE CASTRO / 10 octobre 2015

Publié dans Insectes, Paysages sonores | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

Danse amoureuse en baie de Somme


Un après-midi ensoleillé de mars, dans la réserve naturelle du Hâble d’Ault, extrémité sud de la baie de Somme. La mer se cache derrière une dune qu’arrête un cordon de galets arrachés aux falaises crayeuses de la côte normande proche. Jusqu’au milieu du 18e siècle, le Hâble était l’un des plus grands ports de pêche d’Europe du Nord. Progressivement, de 1750 à 1773, la main de l’homme a comblé ce refuge à des fins agricoles. C’est la période dite du Grand Barrement. Aujourd’hui, le Hâble sert de refuge à 270 espèces d’oiseaux protégées sur 100 hectares acquis par le Conservatoire du littoral depuis 1986, auxquels s’ajoutent 62 hectares de réserve naturelle créée par l’Office national de la chasse et de la faune sauvage. Au milieu d’îlots herbeux lovés au creux d’étendues humides et cernés de vase et de galets, les oiseaux viennent se reposer au cours de leur migration ou nicher. L’air vibre d’un méli-mélo assourdissant. Des lapins, dont les terriers creusent le sol, tentent de gagner un terrain difficile, parfois poursuivis par un courly qui n’hésite pas à les chasser à coup de bec dans les fesses.

Le ciel est envahi par la danse amoureuse des vanneaux qui nous tient en haleine. Les mâles entament dans les airs une farandole bruyante, au son proche du claquement d’élastique, en un va-et-vient incessant qui enchaîne montées et chutes libres à grande vitesse. Un mâle « ferre » une femelle, impassible au sol. Face à la femelle qui feint l’indifférence en fouillant la vase de son bec, le mâle se dandine d’avant en arrière, soulevant son arrière-train rouge qu’il prend bien soin de toujours gardé dans la ligne de mire de la belle convoitée, tournant pour cela sur lui-même autant de fois que nécessaire, sans interrompre sa danse, tête baissée, fesses en l’air. La belle feint de l’ignorer, jetant parfois un coup d’œil désinvolte au spectacle, surtout lorsque le va-et-vient fait place à une espèce de danse tribale, ailes déployées et queue s’agitant dans tous les sens. Lorsque le mâle croit avoir atteint son but et s’interrompt, la femelle reprend sa promenade « picorante » comme si de rien n’était. Et le mâle de reprendre aussitôt le cycle dandinement-danse tribale pendant un temps assez long… jusque ce que la belle décide que non, décidément ce n’est pas le bon, et parte sans le moindre état d’âme, laissant le danseur dépité, seul sur son îlot vaseux… Cruelle nature !

Fatima DE CASTRO /3 mai 2015

Publié dans Paysages sonores | Marqué avec , , | Laisser un commentaire