Ballet nocturne

Il y a déjà six ans que notre ami Antoine Griboval nous épatait avec un enregistrement de chauve-souris en rendu stereo grâce à deux détecteurs d’ultrasons hétérodynes qui ramènent au champ audible les ultrasons non perceptibles à l’ouïe humaine : http://audioblog.sonatura.com/?p=300
Ayant acquis un premier puis un second détecteur par division de fréquences des plus rudimentaires (BATBOX « BATon »), j’ai commencé à utiliser ce système pour inventorier les chiroptères de ma région. Le système de division de fréquences a pour avantage par rapport à l’hétérodyne, de n’être pas restreint à des bandes de fréquences séparées et de rester ouvert à toutes les gammes d’émissions en même temps, depuis les dernières fréquences perçues par l’oreille humaine jusqu’aux ultrasons les plus élevés des chiroptères vers 120 KHz, ce qui permet, pendant une attente, de détecter la présence de n’importe quel phénomène ultrasonore orthoptères compris… La stereo qui ajoute une dimension spatiale, spécialement au casque, permet de distinguer les individus les uns des autres ce qui permet de les dénombrer et surtout de distinguer les émissions parfois très similaires qui se mélangent donc davantage avec le système de division de fréquences. Je vous propose donc ici une nouvelle version de cette expérience stereo : une Pipistrelle commune (Pipistrellus pipistrellus) puis probablement une Pipistrelle de Khül (P. khulii) ou de Nathusius (P. nathusii) [cette séquence trop brève et trop confuse ne m’a pas permis de la distinguer à coup sûr, même d’une éventuelle Sérotine (Eptesicus serotinus)].

Voilà une scène typique au sortir d’un village, juste au crépuscule, moment où les pipistrelles sont les plus actives à la sortie des gîtes diurnes. Le dispositif se trouvait sous les frondaisons d’un grand et vieux chêne. Cet individu tout d’abord isolé  me tournoyait autour avant d’être rejoint par de nombreuses autres congénères venues chasser au-dessus de la rivière. Avec la fraîcheur retombant, les insectes se dispersent et ce ballet rapproché s’estompe. [enregistrement en "ligne" sur Olympus LS-11 puis filtrage graves et aigüs]

Cette entrée a été publiée dans A identifier, Bioacoustique, Technique, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>