Balade dans l’inouï

Avec la nuit, un monde parallèle invisible s’active. Inaudible aussi, surtout pour mes vieilles oreilles ! Qu’à cela ne tienne : je m’en dote d’une paire d’un genre nouveau, sensible aux ultrasons et le monde de la nuit est à moi ! J’écoute et je me guide en stéréo, l’enregistreur à la main -ou sans enregistreur- et vais fouiner en « travelling » dans les roseaux et broussailles du jardin à la découverte des orthoptères et chiroptères : Grandes sauterelles vertes (rythmique « tèdèdèdèdè-tèdèdèdèdè ! »), Sauterelles ponctuées (« Pfuît ! » sporadiques), Conocéphale commun (cylique rîrîrîrîrî-rîrîrîrîrî !), Sérotine commune (lointain épisodique et sautillant passage de « tsuic-tsuitsui-tsui-tsuic… ! », Phanéroptère commun (régulier « Kreuc ! »), Pipistrelles communes (Passages de « Tip-tip-tip-titip-titititip ! »), Decticelles cendrées (« street ! » espacés),
Quelques bruissements de mes pas mais surtout une cacophonie inouïe !

Ce contenu a été publié dans Bioacoustique, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Balade dans l’inouï

  1. Meziani Karim dit :

    Merci pour ce partage passionnant. Je me surprend à vouloir explorer les bruits d’un autre coin du jardin qui pourrait être, à l’échelle, un autre coin du monde. La variété entendue ici, ouvre un champs (chant tant la musicalité est évidente) de découvertes magnifiques.

  2. Inouï en effet. Et tout ce petit monde rassemblé au même endroit, si loin et si proche de notre écoute.
    Fantastique!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.