Balade dans l’inouï

Avec la nuit, un monde parallèle invisible s’active. Inaudible aussi, surtout pour mes vieilles oreilles ! Qu’à cela ne tienne : je m’en dote d’une paire d’un genre nouveau, sensible aux ultrasons et le monde de la nuit est à moi ! J’écoute et je me guide en stéréo, l’enregistreur à la main -ou sans enregistreur- et vais fouiner en « travelling » dans les roseaux et broussailles du jardin à la découverte des orthoptères et chiroptères : Grandes sauterelles vertes (rythmique « tèdèdèdèdè-tèdèdèdèdè ! »), Sauterelles ponctuées (« Pfuît ! » sporadiques), Conocéphale commun (cylique rîrîrîrîrî-rîrîrîrîrî !), Sérotine commune (lointain épisodique et sautillant passage de « tsuic-tsuitsui-tsui-tsuic… ! », Phanéroptère commun (régulier « Kreuc ! »), Pipistrelles communes (Passages de « Tip-tip-tip-titip-titititip ! »), Decticelles cendrées (« street ! » espacés),
Quelques bruissements de mes pas mais surtout une cacophonie inouïe !

Ce contenu a été publié dans Bioacoustique, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Balade dans l’inouï

  1. Meziani Karim dit :

    Merci pour ce partage passionnant. Je me surprend à vouloir explorer les bruits d’un autre coin du jardin qui pourrait être, à l’échelle, un autre coin du monde. La variété entendue ici, ouvre un champs (chant tant la musicalité est évidente) de découvertes magnifiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.