Fin mai dans les jardins parisiens

  Dans les jardins de banlieue, l’odeur du gazon fraîchement coupé est indissociable du chant mélodieux de la Fauvette à tête noire (Sylvia atricapilla) et des appels obsédants des jeunes Etourneaux (Sturnus vulgaris) affamés. Cette familière équipée s’accompagne aussi, hélas, du vrombissement continu des tondeuses.

Pascal DHUICQ

Ce contenu a été publié dans N° 11. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.