Le «petit bassin»

  Les paysages français n’ont guère été gratifiés par l’étalement des lotissements. Les paysages sonores ne sont pas logés à meilleure enseigne, du reste. La fonction hydraulique des « bassins d’orage », destinés à recueillir et réguler les écoulements des eaux pluviales, se concilie laborieusement avec les pratiques récréatives des résidents mais demeurent tout juste compatibles avec une nature apprivoisée. C’est là que se plaisent les Bernaches du Canada (Brenta canadensis), importées d’Amérique et échappées de captivité. Elles y croisent les Canards de barbarie et les oies de Guinée, tous deux domestiques ainsi que nos canards colverts (Anas platyrhynchos), largement apprivoisés mais aussi poules d’eau (Gallinula chloropus), mouettes rieuses (Larus ridibundus), foulques macroules (Fulica atra) et étourneaux si familiers.

Pascal DHUICQ

Ce contenu a été publié dans N° 11. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.