Fraîcheur d’un filet d’eau

  Après deux heures de montée dans la forêt de pins au-dessus du camping, je m’assois près du ruisseau qui alimente le petit lac en bas, miroitant dans le soleil. La douce rumeur du ruisseau que j’écoute à l’ombre d’un sorbier me rafraîchit.

       Fernand Deroussen

Ce contenu a été publié dans N° 6. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.