Vert / brun / gris

   Les musiciens avec lesquels je compose, je les appelle mes bestioles, un mot affectueux parce que je les aime ces êtres attendrissants qui grognent, gémissent, gazouillent, grattent, sifflent, chantent, grésillent, stridulent,… à perdre haleine. Pour les écouter, on n’est pas obligé de faire un long voyage : ils sont chez eux dans la forêt près de chez nous. En composant avec les chants des insectes, des oiseaux, des batraciens, des mammifères de tous poils, je recherche les liens qui nous unissent à eux depuis le tonnerre du Big Bang jusqu’aux frémissements de l’amour. De lémurien en capricorne, de fauvette en crapaud accoucheur, je vais de surprise en surprise ; je joue avec eux, je chante avec eux ; la musique qui en découle alors est parfois étrange, mais jamais étrangère à nos oreilles.

"Vert / brun / gris" est une valse chantée par un alyte (le crapaud bon mari et bon père), des grillons et une huppe fasciée.

       Jean POINSIGNON

 

Ce contenu a été publié dans N° 4. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.