Le Merle noir

Turdus merula

  Au début du XIXème siècle, le merle se cantonnait toujours en forêt. Mais vers 1820, on l’aperçoit déjà dans les villages, puis dans les villes. Dans le premier quart du XXème  siècle, sa conquête de la Cité est achevée, même s’il reste une espèce bien implantée dans les bois humides.
Chaque mâle possède une grande variété de phrases. Sonores et émises sans hâte, on les reconnaît facilement grâce au timbre flûté de nombreuses syllabes. Mais les phrases se terminent souvent par des sons suraigus, moins agréables. Elles peuvent aussi comporter des syllabes empruntées à d'autres oiseaux, voire des sonneries de GSM. Le chanteur les lance d'habitude du sommet d'un perchoir ou du faîte d’un toit, par beau temps ou parfois même sous l’averse.

Maxime METZMACHER

Ce contenu a été publié dans N° 11. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.