Le Moineau domestique, cris et chuchotements

Moineau domestique

  Perché sur une corniche, nichant sous une tuile ou dans le creux d’un mur, le Moineau domestique (Passer domesticus) vit d’habitude à proximité de l’Homme, et cela, sans doute, depuis que ce dernier a développé l’agriculture. Il installe parfois son nid dans un arbre, près d’un champ de céréales, mais jamais en forêt. Ce n’est pas un ermite, mais un adepte de la vie coloniale. Dans nos villes et nos villages, ses petites colonies  ne s’observent toutefois pas partout, en particulier dans les centres, trop bétonnés, où les sources de nourriture se font rares. 

Ce piaf n’est pas un grand discret. S’il est en groupe, il piaille ; s’il est seul aux abords de son nid, il piaille aussi. Ses cris peuvent paraître monotones, car ils sont souvent répétés, mais l’oiseau joue sur leur rythme d’émission, leur intonation et leur intensité. Son répertoire en comporte plusieurs types de structures très différentes – des « tzi – tschiîp – tschilp – tieup » ou encore des rafales de « tetetet-tet» – comme le révèle l’analyse sonographique. Le choix de l’un ou l’autre cri est fonction de la situation que vit l’émetteur (présence d’un rival, d’un prédateur ou d’un partenaire potentiel …).

Sonogramme

Sonogramme

Enregistrement d’un mâle à Flémalle (26 février 2000) et un autre à Roloux (10 avril 1992, Belgique).

Maxime METZMACHER

Ce contenu a été publié dans N° 11. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.