Nuit électrique

   Décidément, le Grillon testacé (Eugrylloïdes pipiens) aura vraiment été la « mascotte » de ce séjour. Tombé sous le charme de ces chœurs nocturnes aux sonorités électriques, à l’écoute d’un enregistrement de Gérard Gateau il y a quelques années, je le découvre enfin ici pour la première fois. Le crépuscule venu, ce concert féerique mêlant le tintement des grillons testacés au murmure des grillons d’Italie (Oecanthus pellucens) ne se tarira plus durant des heures tandis qu’un couple de Hiboux Petit-ducs (Otus scops) se fait entendre. Sous la pleine lune, ce chœur céleste nous enchante et nous berce. J’en avais rêvé la nuit. Ce soir là, je n’ai pas rêvé et j’en ai la preuve…

       Pascal DHUICQ

Ce contenu a été publié dans N° 6. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.