Dans les roselières de la Brenne (plaggia)

Effarvatte P. DHUICQ 

C’est à l’occasion de la participation de Sonatura au festival de l’édition environnement “Chapitre Nature”, en Brenne, que Philippe Vuillaume et moi-même avons pu rapporter chacun quelques séquences de chant de la Rousserolle effarvatte (Acrocephalus scirpaceus).

Je vous propose de comparer, en particulier au casque, le résultat de ces prises de son en ce qui concerne l’angle du champs sonore perçu. L’effet “zoom” dû à la parabole confère une agréable discrétion à l’arrière-plan sonore. Comparez par contraste avec les deux prises présentées ici :

- la première au moyen d’un couple de capsules super-cardioïdes selon un angle d’environ 40°,

- la seconde au moyen d’un microphone stereo système “M/S” (Middle/Sides) dont la capsule centrale captant le sujet est également super-cardioïde.

Vous noterez que la captation du champ sonore au micro stereo paraît plus fournie car les côtés de l’angle de visée sont captés dans leur totalité par la capsule “en 8″ (bidirectionnelle), là où le couple de super-cardioïdes atténuent le volume des sons latéraux.

Aucun filtrage n’a été effectué hormis un coupe-bas à moins de 70 Hz (basses très graves) sur le couple équipé de ce réglage pour neutraliser les effets du vent.

Malgré l’effet de concentration supérieur que l’ont obtient avec la parabole, vous noterez combien le rendu est sensiblement plus aéré et spacialisé qu’avec l’utilisation d’une Telinga conventionnelle… Ici, Philippe Vuillaume a utilisé un montage ad-hoc d’une paire de microphones visant le fond du réflecteur et séparés par un disque de type Jecklin.

J’invite les auditeurs intéressés à solliciter davantage d’informations sur ce montage auprès de l’auteur en lui laissant vos remarques sous l’article précédent.

Cette entrée a été publiée dans Les solistes, Technique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Dans les roselières de la Brenne (plaggia)

  1. Antoine dit :

    Intéressante comparaison et quel coup de crayon Pascaloup ! Ce n’est pas la moindre richesse de la prise de son que d’offrir plusieurs possibilités de captation, il y a vraiment de quoi expérimenter en la matière !

  2. Pascaloup dit :

    Merci !
    Je précise ici -car j’ai oublié de l’indiquer dans l’article- : le couple et le micro MS ont été utilisés l’un après l’autre en pointant le même chanteur posté à peu de chose près sur le même roseau, à peine le temps de changer le dispositif et le retour de la protagoniste au bout d’une poignée de minutes. Le trépied était posé à environ 5/7m de la rousserolle.
    Ces deux enregistrement sont donc à peu près comparables mais l’enregistrement de Philippe Vuillaume quant à lui a été effectué le même jour dans le même secteur mais tout à fait ailleurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>