Plic, ploc…

Matin d’automne

Le bouleau nu au bord de l’eau

S’égoutte..

Un peu plus loin, dans la forêt avoisinante bruissante d’humidité, un brocard inquiet et toute la vie ailée du lieu. Y règne en maître le petit prince de cette saison, il nous enchante de ses strophes liquides et pleines de ce soleil qui n’est plus qu’un souvenir…

Une variation longue sur le thème du rouge-gorge donc, déjà magistralement illustré par Pascaloup ici et Marc sur son blog.

Antoine.

Dep. 80, automne 2008, parabole et micro Telinga, enregistreur Zoom H2.

bouleaux.jpg

Cette entrée a été publiée dans Paysages sonores. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>