Belle Ephémère

J’ai une question, sans doute bête pour les amateurs avertis, mais pour la curieuse que je suis, elle se pose là. Toutes les femmes sont curieuses. N’écoutez pas celles qui disent le contraire. Devant l’étrange, l’esprit s’interroge. Devant la beauté, la grâce, il admire et veut savoir.
La beauté, la grâce, il les porte en lui, dans sa danse sans but qui peut sembler absurde, l’éphémère. Du matin au soir, par groupe de ballet ou en duo, ils montent et descendent, parfois s’arrêtent un instant puis reprennent leur pas de danse unique, en ligne droite ou en chassé-croisé.
Belle_ephemere
Que me dit le précis d’entomologie ? Après un descriptif détaillé de l’ordre des ephemerophera, j’apprends que le beau ne se nourrit pas, une fois adulte. Je passe les détails physiques, les spécificités propres à chaque catégorie au nom latin savant. J’apprends qu’il s’accouple en vol, que sa vie est brève et qu’il existe 2500 espèces dont 200 en Europe. Une carte biométrique précise, pointue, scientifique, sage et… aride.
Pourtant, ma curiosité n’est pas assouvie. Car perdue dans ce spectacle apaisant et époustouflant, je me pose la question que devaient se poser les amoureux de l’océan à une époque lointaine, quand la simple supposition du chant d’une baleine faisait rire les êtres aux pieds bien ancrés sur terre. Je me demande, en voyant ce corps si svelte de danseur étoile, si le bel chante aussi bien qu’il ne danse. Qu’en pensez-vous, amoureux des sons de la nature ?
Saint-Piat, 13 juillet 2013

Cette entrée a été publiée dans Insectes, Les inclassables, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Belle Ephémère

  1. Pascaloup dit :

    Cette question me rappelle une autre qui avait été posée dans l’ancien forum SONATURA (en archive) : http://www.sonatura.com/forum/spz.php?fir=view&ct=1&t=1&viewreply=ok&id=3713&id_re=3713&mbsortdate=dates&vi=9&inc=forum
    En tout cas, je les observe avec plaisir : cet essaim d’insectes semble remuant et fébril ; pourtant, à bien regarder, il n’en est rien : le ballet est organisé comme une chorégraphie : chacun se laisse gentiment chuter en parachute comme un pipit des arbres et remonte inlassablement mais tout ce mouvement confère au groupe une agitation désordonnée !…Pur effet d’optique !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>