Des sœurs presque jumelles

Paysage beauceron - © P. DHUICQPar un beau dimanche d’août ensoleillé, dans un paysage à la Van Gogh, nos vélos serpentent au rythme des vallons beaucerons. Bien qu’il ne soit que neuf heures, le soleil cogne et aveugle. Il nous fait face au point que parfois nous devinons le sentier au lieu de le voir vraiment. Aucun bruit dans la campagne. Les versants brûlés entrecoupés de bosquets et de broussailles, écorchés ici-et-là par une levée de calcaire et de silex, ne sont pour l’instant animés que de papillons blancs qui volètent avec légèreté.
Nous atteignons les hauteurs du plateau qui surplombe le village de Bailleau-Armenonville. Était-ce au lieu-dit de la Pointe de la Garenne ou au Buisson Pouilleux ? La présence d’un insecte attire mon oreille dans ce silence. J’écris bien “la présence” et non le son, ou le bruit, ou la stridulation, ou que sais-je encore ! Car cela ressemblait davantage au léger bruissement du vent dans les hautes herbes qu’à un son émis par un être vivant. Je freine aussitôt pour me rendre compte, interpelant l’audio-naturaliste déjà passé. Roeseliana 1 © P. DHUICQCe n’est pas le vent ; c’est bien un “gri-gri” (n’étant pas audionaturaliste, mon vocabulaire reste assez limité. J’en profite pour dire toute mon admiration à Pascal qui parvient toujours à comprendre ce que je lui décris si schématiquement). Lentement, sur la pointe des espadrilles, je m’approche de l’endroit d’où vient cette stridulation si légère, lointaine et proche à la fois. Et là, quelle n’est pas ma surprise de voir ledit insecte posé sur un brin d’herbe, le dos au soleil, aucunement effrayé. De cette heureuse rencontre est née une belle photo. Nous restons un bon moment à l’écouter et à la photographier. J’apprends qu’il s’agit d’une decticelle appelée Metrioptera (Roeseliana) Roeselii. Autant vous dire que je ne suis pas passée de “gri-gri” à Metrioptera Roeselii toute seule ! Nous laissons là Roeseliana poursuivre son monologue pour remonter sur nos vélos et entamer la descente vers Bailleau.
Que se passe-t-il juste avant l’arrivée au village, toujours au milieu des champs et encore dans un buisson d’herbes hautes, mêlé cette fois-ci à un amas de pierrailles ? À nouveau un “gri-gri”, mais cette fois sans aucun doute possible. Le son est beaucoup plus net, plus vigoureux, plus affirmé. Rien à voir avec le léger souffle de la première rencontre. Nouvel arrêt ; nouvelle recherche de l’ami insecte. Et là encore, il se dore le dos tourné au soleil, planté sur son brin d’herbe. Quelle surprise lorsque Pascal me dit qu’il s’agit du même insecte ! Les deux chants ont une texture et une intensité si différentes à mes oreilles ! Mais non, après avoir disséqué les deux photos sous tous les angles, je dois convenir qu’il s’agit bien encore de notre Roeseliana !Roeseliana 2 © P. DHUICQJ’ignorais – mais c’est une erreur de profane – que les insectes pouvaient avoir ainsi une “voix” personnalisée. Mais après tout, ma voix ressemble-t-elle à celle de mon voisin ? Non. Alors pourquoi en serait-il autrement pour les autres membres de la Création ?
Fatima DE CASTRO – 31 août 2012

Cette entrée a été publiée dans A identifier, Bioacoustique, Insectes, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Des sœurs presque jumelles

  1. Damien dit :

    Bonjour,

    L’article est superbe, et avec les sons, on plonge en immersion devant cet insecte.

    En plus l’article me rassure, car je vois que je suis pas le seul à me balader, avec mon appareil photo et mon enregistreur audio.

    S’il faut choisir un des deux son, je préfère le deuxième son, il a une sorte de trémolo, comme les chanteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>